Actualités

09
DéC
2021

Ouverture d’une faculté dentaire en Bourgogne Franche-Comté : c’est officiel !

Chère consœur, cher confrère

Le 2 décembre 2021, le Premier Ministre a officiellement annoncé l’ouverture d’une faculté de chirurgie dentaire en Bourgogne Franche-Comté. Les premiers étudiants feront leur rentrée en septembre 2022.

La formation sera dispensée sur 2 sites, à Dijon et Besançon.


Issue d’un partenariat associant l’ARS, la Région, le Rectorat de région académique, les métropoles de Dijon et de Besançon, l’université de Bourgogne Franche-Comté, les CHU de Besançon et de Dijon, le Conseil Régional de l’Ordre des chirurgiens-dentistes et l’URPS, cette ouverture aspire à répondre d’une part à un besoin local de formation, et d’autre part, au problème de démographie professionnelle qui pèse sur la région depuis de nombreuses années.

Pour mémoire, chaque année jusqu’alors, les 55 étudiants reçus en filière odontologie à l’issue de leur 1ère année d’études de santé à Dijon et Besançon quittaient la région pour suivre leur cursus dans une UFR alentours. Souvent Clermont-Ferrand, Lyon, Nancy, et Strasbourg. Or, force était de constater qu’après 5 ans, une très faible part d’entre eux choisissaient leur région d’origine pour leur installation professionnelle. Ainsi, la Bourgogne Franche-Comté, région déjà essentiellement rurale et relativement peu attractive, s’enfonçait dans une pénurie de praticiens contribuant aux graves difficultés d’accès aux soins dentaires que l’on connait, et qui sont régulièrement pointés du doigt dans la presse.

Soyez toutefois assurés que votre Union Régionale n’a pas la naïveté de croire que cette ouverture représente la panacée de notre problème de démographie professionnelle. Nous veillerons, bien entendu, à ce que nos étudiants ne se satellisent pas uniquement autour de nos grands centres urbains, mais ruissellent aussi jusque dans nos zones reculées, où l’exercice est souvent bien différent.

En outre, l’URPS s’assurera auprès de ses partenaires institutionnels, et tout au long de la montée en charge progressive de la filière,

  • de la juste appréciation des coûts d’infrastructure liés à la création d’une filière complète,
  • de la qualité et de l’homogénéité de la formation entre Besançon et Dijon,
  • de la bonne création du statut de Maître de Stage Universitaire (MSU), de manière à ce que nous puissions répondre « présents » pour accueillir nos étudiants dans des conditions pédagogiques optimales.

Bien confraternellement.

Pour les membres de l’Union Régionale

Voir le communiqué de presse

comment : Off
24
NOV
2021

Dentibiotic : outil rapide d’aide à la prescription d’antibiotiques pour le chirurgien-dentiste

L’année dernière, nos tutelles ont remarqué que notre profession avait prescrit plus d’antibiotiques que les années précédentes. Ce constat n’est en réalité pas très étonnant lorsqu’on le replace dans le contexte sanitaire de l’année 2020 : en plein confinement et à cabinet fermé, la prescription d’antibiotiques s’avérait souvent être la seule option viable de notre arsenal thérapeutique.

La lutte contre l’antibiorésistance demeure néanmoins un sujet à prendre très au sérieux, et il incombe à notre profession de se mobiliser en se dotant des outils adéquats pour des prescriptions d’antibiotiques maîtrisées, mais aussi, conformes aux recommandations de la Haute Autorité de Santé en vigueur.

C’est là que l’outil Dentibiotic entre en jeu.

A l’usage des professionnels de santé impliqués dans la prise en charge des infections bucco-dentaires, Dentibiotic référence les antibiothérapies curatives et prophylactiques par actes, la liste des pathologies induisant un haut risque d’endocardite infectieuse et des patients immunodéprimés, ainsi que les recommandations relatives à la recherche de foyer infectieux bucco-dentaire. Les prescriptions infantiles devant être adaptées au poids, l’outil propose également un module de calcul des posologies. De plus il indique les formes galéniques disponibles en pharmacie.

Les prescriptions d’antibiotiques, régulièrement accompagnées d’antalgiques, sont intégrées à l’outil en s’appuyant sur les recommandations officielles de prévention et de traitement de la douleur postopératoire en chirurgie buccale.

Accéder à l'application Dentibiotic

Dentibiotic, outil « made in BFC », conçu par la profession et pour la profession, suit un algorithme constituant une aide ultrarapide en matière d’antibiothérapie, directement au fauteuil du praticien.

Nous vous invitons, chère consœur, cher confère, à recourir à cette application dès lors que l’occasion se présentera, afin de vous faire gagner du temps d’une part, et d’autre part, de vous assurer d’une prescription pertinente, maîtrisée et conforme aux recommandations professionnelles officielles.

Bien confraternellement.

Pour les membres de l’Union Régionale

comment : Off
08
OCT
2021

Proxidentaire : fermeture définitive des centres de Chevigny-Saint-Sauveur et Belfort

Chère consoeur, cher confrère,

L’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté a communiqué le 7 octobre, après 2 à 3 mois de suspension d’activité, la fermeture définitive des centres Proxidentaire de Chevigny-Saint-Sauveur (21) et Belfort (90).

En premier lieu suspendus en raison de graves manquements à la qualité des soins et la sécurité des patients, l’enquête contradictoire menée par les services de l’ARS a permis d’établir que l’association Proxidentaire n’est pas en mesure d’assurer la prise en charge de patients garantissant la préservation de la santé publique.

Une nouvelle fois, soyez assurés que votre Union Régionale ne cessera d’attirer l’attention des pouvoirs publics vis-à-vis de cette typologie de centre, et des déviances récurrentes qui y sont constatées, véhiculées par un modèle économique peu compatibles avec les règles déontologiques élémentaires qui s’appliquent à notre profession.

Nous tenons à remercier chacune et chacun de nos consoeurs et confrères ayant déjà pu assurer le relai de la prise en charge des patients issus de ces centres.


Retrouvez aux liens suivants l’interview du Dr Pierre-Olivier DONNAT, président de l’URPS, réalisée par France Bleu Belfort Montbéliard ce vendredi 8 octobre, et le bulletin d’information associé.

« C’est tout le modèle économique qui est à remettre en cause »

« Des patients qui, de toute bonne foi, allaient dans ces centres en ignorant que les conditions n’étaient remplies pour qu’ils soient reçus »


Bien confraternellement.

Pour les membres de l’Union Régionale

comment : Off
30
SEP
2021

Ne pas confondre « passe sanitaire » et « obligation vaccinale » !

Depuis le 15 septembre 2021, tout professionnel de santé doit – pour pouvoir continuer à exercer – disposer d’un schéma vaccinal au moins partiel contre la covid19. Plus clairement, tout professionnel non-vacciné doit, à l’heure actuelle, être en mesure de produire à tout moment soit un test négatif à la covid19 de moins de 72 heures, soit un certificat de contre-indication ou de rétablissement de moins de 6 mois.

Afin de s’assurer du respect de cette obligation, l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté a mis en place une cellule spéciale de contrôle de l’obligation vaccinale, adossée à ses services d’inspection, avec le concours de l’Assurance Maladie. Cette cellule, informée au jour-le-jour du statut vaccinal de tous les professionnels de santé conventionnés, a adressé un courrier à ceux ne respectant pas cette obligation en leur laissant un délai de 72 heures pour produire les documents nécessaires pour continuer à exercer.

Par conviction, et en leur âme et conscience, certains d’entre nous ont choisi de suspendre temporairement leur activité, et d’attendre le moment opportun pour rouvrir.

Une ambiguïté semble toutefois persister sur ce moment opportun : ce ne sera pas celui de la levée du passe sanitaire ! L’obligation vaccinale et l’obligation de présentation du passe sanitaire sont 2 choses différentes.

Si l’obligation de présentation du passe sanitaire pourra être levée dans les prochains mois, pas celle de l’obligation vaccinale !

comment : Off
26
AOûT
2021

Obligation vaccinale des chirurgiens-dentistes contre la covid19

La loi du 6 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire dans le contexte inquiétant de circulation du variant delta conduit à l’entrée en application de l’obligation vaccinale pour tous les professionnels de santé, libéraux comme salariés.

Ainsi, tout chirurgien-dentiste n’étant pas encore vacciné contre la covid19 doit se faire vacciner.

Voici les 3 échéances à retenir :


[ A partir du lundi 9 août 2021 ]

Les professionnels de santé non-vaccinés ou partiellement vaccinés peuvent encore exercer, MAIS ils doivent être en mesure d’attester à tout moment :

  • Soit d’un test RT-PCR négatif et de moins de 72h
  • Soit d’un test antigénique négatif et de moins de 72h
  • Soit d’un autotest supervisé par un PS mentionné à l’article 1er du décret 2020-1387 du 14 novembre 2020, négatif et de moins de 72h

 

Conditions dérogatoires :

  • Disposer d’un certificat de contre-indication à la vaccination établi par un médecin
  • Disposer d’un certificat de rétablissement après infection par covid19 datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois

[ A partir du mercredi 15 septembre 2021 ]

Les professionnels de santé partiellement vaccinés peuvent encore exercer, MAIS ils doivent être en mesure d’attester à tout moment :

  • Soit d’un test RT-PCR négatif et de moins de 72h
  • Soit d’un test antigénique négatif et de moins de 72h
  • Soit d’un autotest supervisé par un PS mentionné à l’article 1er du décret 2020-1387 du 14 novembre 2020, négatif et de moins de 72h

 

Conditions dérogatoires :

  • Disposer d’un certificat de contre-indication à la vaccination établi par un médecin
  • Disposer d’un certificat de rétablissement après infection par covid19 datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois

 

L’exercice des professionnels de santé non-vaccinés (n’ayant bénéficié d’aucune dose) devra être suspendu.


[ A partir du vendredi 15 octobre 2021 ]

Tout professionnel de santé devra :

  • Être entièrement vacciné
  • Ou :
    • Disposer d’un certificat de contre-indication à la vaccination établi par un médecin
    • Disposer d’un certificat de rétablissement après infection par covid19 datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois

 

A défaut, l’exercice devra être suspendu.


  • Précisions sur le champ d'application de l'obligation vaccinale :

    • Tout chirurgien-dentiste libéral ou salarié (y compris les collaborateurs salariés)
    • Les chirurgiens-dentistes remplaçants. Le praticien remplacé s’assurera que le remplaçant respecte l’obligation vaccinale. Dans le cas contraire, l’Ordre devra être saisi.
    • Tout personnel travaillant au cabinet et accueillant les patients :
      • Secrétaires médicales
      • Assistantes dentaires
      • Agents d’entretien s’ils interviennent pendant les heures d’accueil des patients
  • Précisions sur les modalités de contrôle :

    L’Agence Régionale de Santé se réserve le droit d’effectuer tout contrôle de votre exercice à partir des dates indiquées. Ces contrôles pourront être effectués soit sur votre lieux d’exercice, soit par voie numérique. En l’absence de respect de l’obligation, l’exercice du praticien sera suspendu (information à l’Ordre et à l’Assurance Maladie).


Note

Part de chirurgiens-dentistes non-vaccinés conventionnés en Bourgogne Franche-Comté au 10/08/2021 :

  • Côte d’Or : 12,7%
  • Doubs : 11%
  • Jura : 18,2%
  • Nièvre : 8,8%
  • Haute-Saône : 13,7%
  • Saône-et-Loire : 9,4%
  • Yonne : 12,8%
  • Ter. de Belfort : 11,5%
  • REGION BFC : 11,19%

Source : Assurance Maladie.

Voir aussi : DGS-Urgent n°2021-80

comment : Off
29
JUIL
2021

Proxidentaire : suspension d’activité des centres de Chevigny-St-Sauveur et Belfort

Chère consoeur, cher confrère,

Il ne vous aura pas échappé que, le mercredi 9 juin 2021, l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté suspendait l’activité du centre PROXIDENTAIRE de Chevigny-Saint-Sauveur (Côte d’Or) pour une durée de 2 mois en raison de divers manquements à la qualité et à la sécurité des soins.

Cette mesure, assortie d’une mise en demeure de la direction du centre de remédier aux manquements constatés dans un délai de 2 mois, faisait suite à une inspection de l’ARS conduite dimanche 6 juin. L’enquête sanitaire avait en effet révélé divers manquements de nature à mettre en cause la qualité des soins et la sécurité des patients. Ces manquements portaient notamment sur la qualification du personnel, les règles d’hygiène et de désinfection, mais aussi les règles de distanciation et les mesures de prévention élémentaires liées à l’épidémie de COVID.

Le 1er juillet 2021, soit un mois plus tard, l’Agence Régionale de Santé inspectait le centre PROXIDENTAIRE de Belfort, et constatait des manquements très similaires à ceux du centre en Côte d’Or. En conséquence, le 7 juillet, l’ARS suspendait l’activité de ce centre, et engageait également le gestionnaire du centre à apporter toutes les mesures correctives qui s’imposent afin de mettre en conformité l’établissement à l’égard des bonnes pratiques professionnelles, dans un délai de 2 mois.

« Actes de mutilation et de délabrement volontaires effectués sur des dents saines »

Le 26 juillet 2021, la situation prend un nouveau tournant : une enquête approfondie de l’ARS met en évidence des dysfonctionnements nettement plus graves.

Sur la base d’un rapport de l’Assurance Maladie sur l’activité du centre et des constats des pharmaciens-inspecteurs de l’ARS appuyés par plusieurs experts nationaux qualifiés en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie, l’ARS acte :

  • D’une « absence de réponse complète » à la première mise en demeure ;
  • D’une « subordination réelle » et d’une « absence d’indépendance dans l’exercice professionnel des praticiens » : des contrats de salariat des praticiens établissant une rémunération basée sur un pourcentage du chiffre d’affaires qu’ils rapportent ;
  • De « défauts majeurs d’organisation des soins » : des problèmes de continuité des soins et de coordination au sein du centre au travers d’anomalies dans la tenue des dossiers médicaux ;
  • D’une analyse de « dossiers patients révélant des actes de mutilation et de délabrement volontaires effectués sur des dents saines ou sans pathologie notable et sans justification médicale ».

Graves dérives à l’égard des bonnes pratiques professionnelles

Aucun soin ne pouvant être dispensé dans ces centres, l’Agence Régionale de Santé donne de nouveau 2 mois à chacun des centres pour répondre à ses obligations de mise en conformité.

Conseil :

En tant que chirurgien-dentiste de Bourgogne Franche-Comté, vous pourriez être sollicité(e) par des patients de ces centres pour une poursuite des soins. Nous vous recommandons d’établir un bilan exhaustif de la situation bucco-dentaire de ces patients avant de donner une suite aux soins nécessaires. Votre vigilance portera également sur des traitements débutés par les praticiens de ces centres, mais non-terminés, qui ont pu être facturés par avance à l’Assurance Maladie par ces derniers.

Soyez assuré(e) que votre URPS n’a de cesse, depuis près de 10 ans, d’attirer l’attention de l’ARS et des pouvoirs publics vis-à-vis de cette typologie de « centre dentaire », dont la nature de l’activité s’éloigne significativement des règles déontologiques qui s’appliquent à tout chirurgien-dentiste, et laisse manifestement place à des graves dérives à l’égard des bonnes pratiques professionnelles. C’est dans ce cadre que l’URPS a obtenu qu’une concertation avec les instances ordinales, l’ARS et l’Assurance Maladie intervienne pour définir les mesures nécessaires qui doivent être adoptées par les pouvoirs publics afin de mettre un terme à ces dérives.

Bien confraternellement.

Pour les membres de l’Union Régionale

comment : Off
22
JUIN
2021

Nouvelle composition de l’URPS suite au scrutin 2021

Chère consoeur, cher confrère,

Nous vous informons que suite aux résultats des élections URPS s’étant tenues du 31 mars au 7 avril 2021, et à l’assemblée élective des membres du bureau du 5 juin 2021, la composition de l’URPS des chirurgiens-dentistes de Bourgogne Franche-Comté a été renouvelée pour la mandature 2021-2025 de la façon suivante :

Membres du bureau
Président Dr Pierre-Olivier DONNAT Yonne CdF
Vice-président Dr Vincent MARNAT Côte d’Or CdF
Trésorier Dr Patrick NICOULAUD Doubs CdF
Trésorière adjointe Dr Catherine ERAY Nièvre CdF
Secrétaire Dr Marc PIERROT Doubs CdF
Secrétaire adjointe Dr Catherine SINTUREL Jura CdF

Membres de l'assemblée
Membre élu Dr Emmanuel PRENAT Doubs FSDL
Membre élu Dr Thierry STANISZEWSKI Saône-et-Loire FSDL
Membre élu Dr Jean-Yves TENETTE Jura FSDL

 

Voir les membres

Bien confraternellement.

Pour les membres de l’Union Régionale

comment : Off
05
MAI
2021

SéroPRIM : enquête nationale de l’INSERM auprès des professions de santé sur la séroprévalence du COVID-19

Cher confrère, chère consœur,

Nous vous proposons de participer à une étude épidémiologique « COVID-SéroPRIM », pilotée par l’INSERM et financée par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).

Cette étude a pour objectif d’estimer en France métropolitaine la séroprévalence vis-à-vis du SARS-CoV-2 chez les chirurgiens-dentistes et assistants dentaires, ainsi que chez les médecins généralistes, les pédiatres, et les pharmaciens. La présence d’anticorps IgG sera déterminée à partir d’un auto-prélèvement capillaire au bout du doigt (si vous participez à l’étude, un kit vous sera adressé). La différence sera faite entre une immunité acquise naturellement ou suite à la vaccination. Le niveau de protection sera étudié par un test de séroneutralisation. Cette étude concernera également dans un deuxième temps, si vous l’acceptez, les membres de votre ménage.

Afin de permettre une représentativité aussi précise que possible, nous vous encourageons à participer même si vous connaissez déjà votre statut sérologique.

L’objectif de l’INSERM est d’inclure 482 chirurgiens-dentistes ou assistants dentaires. Si vous êtes plus nombreux à vouloir participer, l’INSERM procédera à un tirage au sort pour assurer la meilleure représentativité possible en termes d’âge, de sexe et de région.

Je participe à l'étude

Vous trouverez ci-dessous :

Bien confraternellement.

Pour les membres de l’Union Régionale

comment : Off
21
AVR
2021

Doubs : vaccination des professionnels de santé contre la covid19

Chère consoeur, cher confrère,

La cellule vaccination du Doubs de l’Agence Régionale de Santé de Bourgogne Franche-Comté vous informe que de nouveaux créneaux sont mis à votre disposition pour accéder à la vaccination PFIZER/MODERNA en centre de vaccination. Dès à présent, vous pouvez vous inscrire sur les 4 centres suivants :

Secteur Baume-les-Dames

Secteur Besançon

Secteur Morteau

Secteur Pontarlier

Bien confraternellement.

comment : Off