Devenir maître de stage

Stage d'odontologie de 6ème année en Bourgogne Franche-Comté

Pourquoi le stage actif d’odontologie ?

Depuis l’année universitaire 2006-2007, tous les étudiants accomplissent au cours du troisième cycle court un stage actif d’initiation à la vie professionnelle chez un chirurgien-dentiste « maître de stage agréé », sur 250 heures, effectuées à temps plein ou à temps partiel. Ce stage doit permettre à l’étudiant de mettre en application, dans le cadre d’une autonomie contrôlée, les connaissances théoriques, pratiques et cliniques acquises au cours des études odontologiques.

Ce stage doit aussi permettre de comprendre la réalité de la vie professionnelle libérale avec ses contraintes et ses attraits :

  • le plan clinique (plan de traitement, décision et choix thérapeutique),
  • le plan paraclinique (relation humaine avec le patient, comprendre ses attentes et ses priorités, les règles éthiques et déontologiques),
  • le plan périclinique (gestion, comptabilité, management, liens avec laboratoire de prothèse, etc).

Devenir maître de stage est une nécessité pour la profession. Mais aussi, c’est la possibilité d’avoir un contact régulier avec de jeunes confrères qui seront de futurs remplaçants ou associés et de donner envie aux nouvelles générations d’exercer en libéral.

Pour devenir maître de stage, il faut :

  • Justifier d’au moins cinq années d’exercice professionnel.
  • Obtenir l’agrément « maître de stage » auprès de l’UFR d’odontologie duquel vous souhaitez recevoir des stagiaires. Cet agrément s’obtient en contactant l’UFR et sur avis favorable de votre Conseil départemental de l’Ordre.
  • Signer un contrat pédagogique avec le directeur de l’UFR d’odontologie ; ce contrat fixera les objectifs pédagogiques du stage, les critères d’évaluation et les modalités pratiques du stage.
  • Etablir la convention de stage : fixer les conditions dans lesquelles l’étudiant effectue son stage dans le cadre d’une convention conforme à un modèle type établi par arrêté.

L’occasion de participer à la formation initiale des futurs praticiens. Mais aussi, l’opportunité de trouver de futurs remplaçants ou collaborateurs.

Lyon, Strasbourg, Nancy, Clermont-Ferrand et Reims. En général, la plupart des stagiaires dans la région viennent de Strasbourg et Nancy.

Oui.

La procédure d’agrément varie parfois légèrement en fonction de l’UFR de l’étudiant. Rapprochez-vous de ce dernier ou du service scolarité de l’UFR pour passer en revue les modalités : quels sont les documents à remplir, qui les envoie, qui demande l’avis de votre Conseil Départemental de l’Ordre, etc.

Non, rien ne vous oblige à prendre des stagiaires après avoir été maître de stage une fois. Mais il conviendra d’informer l’UFR, votre Conseil Départemental de l’Ordre et/ou l’URPS que vous n’êtes plus dans la démarche pour que vous ne soyez plus sollicité.

Si l’UFR du nouvel étudiant est différent des précédents, oui, car l’agrément vaut pour un UFR. Certains UFR vont jusqu’à demander l’avis du CDO à chaque fois qu’un maître de stage prend un stagiaire. Mais en principe, comme votre Conseil de l’Ordre a délivré un avis favorable la 1ère fois, cela ne pose pas de problème.

En principe, c’est très rare. Et le cas échéant, le CDO est tenu de justifier abondamment les motifs de son refus.

Oui, c’est même l’objectif. Mais le maître de stage doit être disponible à tout moment.

C’est préférable, mais pas nécessaire : il peut vous assister ou prendre votre place pour réaliser des actes.

L’UFR d’odontologie est juge de la teneur pédagogique du stage. L’URPS ne peut se prononcer sur cette question.

Les honoraires des soins pratiqués par l’étudiant sont encaissés par le cabinet du maître de stage. Toutefois, une rémunération forfaitaire pourra être envisagée.

L’URPS respecte le choix du territoire de stage de l’étudiant. Mais nous ne manquerons pas d’orienter les étudiants vers vous si vous êtes dans le territoire visé et si vous nous avez informé de votre souhait de recevoir des stagiaires.