default-logo

Actualités

18
SEP
2017

Appel à volontaires : praticiens-sentinelles pour l’IIRSO

L’URPS invite dès aujourd’hui tout chirurgien-dentiste à se porter volontaire pour devenir praticien-sentinelle dans le cadre de l’Institut Inter-Régions de la Santé Orale (IIRSO).
Vous trouverez ci-dessous une liste de questions-réponses concernant cette initiative, qui, nous l’espérons, vous incitera à y participer.

 

  • Qu’est-ce que l’IIRSO ?

    L’IIRSO est l’Institut Inter-Régions de la Santé Orale. C’est une association, fondée le 16 juin 2017 à Paris, à l’initiative d’un certain nombre d’URPS chirurgiens-dentistes de différentes régions. L’IIRSO a pour missions :
    • l’observation épidémiologique et la surveillance de l'état de santé orale des populations,
    • l’observation des opinions, comportements et des pratiques de prise en charge en santé orale et les déterminants des populations,
    • l'observation dans le cadre d’activité de l’environnement professionnel, des pratiques et des conditions d’exercice en chirurgie-dentaire libérale.
    Pour faire court, des URPS chirurgiens-dentistes de France ont décidé de s’associer pour réaliser une étude, à grande échelle et sur plusieurs années, de toutes les composantes de la santé orale, ainsi que de la perception et des comportements de la profession et des populations.
  • Pourquoi l’IIRSO ?

    A l'heure actuelle, les informations disponibles sur la santé orale en France datent fortement, et il y a un grand besoin de réactualisation en la matière. L’IIRSO, c’est permettre à la profession de se connaître elle-même, et de pouvoir fournir des réponses scientifiquement valides à ses partenaires institutionnels, notamment les ARS et l’Assurance Maladie. L’IIRSO apportera aussi des réponses à la problématique nationale de la démographie professionnelle, bousculée d’un côté par le contexte européen de l’offre de formation en odontologie et de l’autre par le numerus clausus national.
  • Qu’est-ce qu’un praticien-sentinelle ?

    Un praticien-sentinelle est un chirurgien-dentiste volontaire dont la mission est de recueillir un certain nombre de données, sous forme électronique, qui seront envoyées à l’IIRSO pour traitement et analyse.
  • Que doit faire un praticien-sentinelle ?

    Un praticien-sentinelle sera invité à :
    • recueillir un certain nombre de données cliniques sur 20 patients ciblés par âge et catégorie socio-professionnelle dans sa patientèle habituelle,
    • répondre à un court questionnaire concernant son exercice.
    Les collectes de données cliniques pourront s’effectuer sur dossiers informatisés et/ou sur radiographies panoramiques et/ou au fauteuil. Somme toute, cela prendra une trentaine de minutes pour l’intégralité de l’étude, sur une période de 6 à 8 semaines.
  • Qu’est-ce que je gagne à devenir praticien-sentinelle ?

    Au-delà de la satisfaction d'avoir participé à un projet sans précédent pour la profession, une gratification symbolique sera accordée aux praticiens-sentinelles.
  • Quelles sont les conditions requises pour devenir praticien-sentinelle ?

    Etre chirurgien-dentiste libéral(e) et omnipraticien(ne) en exercice en Bourgogne Franche-Comté.
  • Combien de praticiens-sentinelles y aura-t-il dans le cadre de l’étude ?

    900 sur toute la France, ce qui représentera près de 19000 dossiers cliniques. Pour la région Bourgogne Franche-Comté, il y en aura 84 :
    • Côte d’Or : 14
    • Doubs : 14
    • Jura : 10
    • Nièvre : 9
    • Saône-et-Loire : 12
    • Yonne : 10
    • Haute-Saône : 8
    • Territoire de Belfort : 7
  • Comment se porter volontaire ?

    Envoyer un e-mail de candidature à contact@urps-chirdent-bfc.org, avec :
    • nom, prénom
    • sexe
    • date de naissance
    • adresse postale
    • adresse e-mail
    • numéro de téléphone
  • Et si je n’étais pas retenu ? Est-ce que je me serai porté volontaire pour rien ?

    Absolument pas ! Certes, par souci de représentativité, une candidature pourrait ne pas être retenue pour une année donnée. Mais cela ne veut pas dire qu’elle ne sera pas retenue pour l’année d’après.

Partager cet article

comment : Off